bègue


bègue

bègue [ bɛg ] adj. et n.
beggue 1235; a. fr. béguer « bégayer »; moy. néerl. °beggen « bavarder »
Qui bégaie de manière habituelle ou de manière occasionnelle (parfois même volontaire). Un enfant bègue. N. Un, une bègue.

bègue adjectif et nom (ancien français beguer, bégayer) Qui est atteint de bégaiement.

bègue
adj. et n. Qui bégaie.

⇒BÈGUE, adj. et subst.
A.— Emploi adj. Qui bégaie par suite d'un défaut de prononciation permanent ou sous le coup d'une émotion violente :
1. Hangard était bègue mais éloquent; c'était un orateur, un tribun; il y avait en lui du Camille Desmoulins.
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 251.
2. ... Joseph fit son service dans les zouaves et se retira de bonne heure chez ses parents. Il n'avait pas de métier : pris entre le mutisme de l'un et les criailleries de l'autre, il devint bègue et passa sa vie à se battre contre les mots.
SARTRE, Les Mots, 1964, p. 8.
P. ext. Qui a de la difficulté à s'exprimer dans un domaine :
3. Beethoven avait (...) une puissante conscience subliminale, qui, dans le monde qu'éclaire le jour des paroles, demeurait bègue, avait difficulté à s'exprimer, — mais qui le menait avec une infaillible sûreté dans les galeries souterraines du monde des sons.
R. ROLLAND, Beethoven, t. 1, 1928, p. 25.
Au fig. [Souvent en parlant d'une partie du corps ou d'une activité hum.] Mal à l'aise, maladroit :
4. ... il [le duc de Rosen] reconnut plus d'une fois [dans les notes] la grosse écriture bègue des billets d'amour...
A. DAUDET, Les Rois en exil, 1879, p. 467.
5. ... le pauvre garçon ne cessa plus de fredonner cette sonate, de la chercher sur le piano qu'il tapotait d'un doigté balourd et bègue.
A. DAUDET, La Petite paroisse, 1895, p. 31.
B.— Emploi subst. :
6. ... Dieu se plaît à renverser les jugements des hommes; il laisse de côté les éloquents et délie la langue du bègue pour annoncer sa parole.
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 1, 1840, p. 474.
Au fig. :
7. Les tyrans sont des bègues d'idées, qui éclatent et tonnent sur toute idée; ils butent et ils ont décrété qu'on ne s'apercevrait pas qu'ils butent.
ALAIN, Propos, 1930, p. 958.
PRONONC. :[]. Durée mi-longue sur [] ouvert dans PASSY 1914. À ce sujet cf. FÉR. Crit. t. 1 1787 : ,,1re è moy.``, et ROUSS.-LACL. 1927, p. 124.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1235 adj. beggue becgue « qui bégaye [empl. en partic. comme surnom] » (Cart. de S. Vinc. de Metz, B.N. I, 10023, f° 20 r° dans GDF. Compl. : Hues li Beggues; f° 43 : Huon le Becgue); XIIIe s. begue (Digestes, ms. Montp., f° 256a, ibid. : Se aucuns est begues, ce est mehaing ne mie maladie).
Déverbal de béguer; a supplanté l'a.fr. baube, 1256 dans GDF., du lat. balbus.
STAT. — Fréq. abs. littér. :80.
BBG. — BARBIER (P.). Un Nouv. n. des basques. In : [Mél. Kastner (L. E.)]. Cambridge, 1932, pp. 22-37. — BUGGE (S.). Étymol. rom. Romania. 1875, t. 4, p. 351. — DAUZAT Ling. fr. 1946, pp. 216-217. — HORNING (A.). Zur Wortgeschichte. Z. rom. Philol. 1897, t. 21, pp. 450-451. — MEIER (H.). Rehabilitierte Etymologien. Rom. Forsch. 1968, t. 80, pp. 208-209.

bègue [bɛg] adj. et n.
ÉTYM. 1235, beggue, becque; déverbal de l'anc. franç. béguer (→ Bégueter), remplacé par bégayer; du moy. néerl. beggen « bavarder » (→ Bégart, béguin); ces mots ont remplacé l'anc. franç. baube, du lat. balbus.
1 Adj. Qui bégaie de manière habituelle (souvent, de naissance) ou de manière occasionnelle (parfois même volontaire; → Bégayer, cit. 3.1). || Être bègue, un peu bègue (→ ci-dessous, cit. 2). || L'orthophoniste rééduque des enfants bègues.
N. Personne qui bégaie, bégayeur.
1 Je ne connais pas de gens qui aiment plus à parler que les bègues.
Diderot, in Pierre Larousse.
2 Le Dr Renon était bègue. C'était, à vrai dire, un ancien bègue, ou mieux un bègue intermittent, en ce sens qu'il avait adopté des disciplines, fait maint et maint exercice, châtié la carcasse et obtenu finalement gain de cause.
G. Duhamel, Biographie de mes fantômes, X.
3 Voici le bègue. Celui-là est encore une sorte de sourd, mais par l'attention forcenée qu'il porte aux mots qu'il va dire, et qui sont ses ennemis. Il se ramasse, il se prépare, il tremble tout. Cela fait une belle émotion, comme devant un tour de force; et quand le mauvais passage est franchi, quel applaudissement !
Alain, Propos, « Le bègue et le sourd », 1er déc. 1931.
2 Fig., littér. Qui a des difficultés de parole, d'expression (comparées à un bégaiement).
4 Heureux les bègues, car ils emportent les contradictions comme un fétu. Mais comptons aussi les esprits bègues, toujours en emportement devant la difficulté de penser.
Alain, Propos, « Le bègue et le sourd », 1er déc. 1931.
N. || Un, une bègue.
5 Semblables aux bègues, qui ont de la violence dans leurs opinions parce qu'ils ont peur des syllabes. Les tyrans sont des bègues d'idée, qui éclatent et tournent sur toute idée.
Alain, Propos, « L'esclave dormant », 22 sept. 1930.
(Choses). || « Une grosse écriture bègue » (A. Daudet).
CONTR. Volubile.
DÉR. Bégayer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bègue — bègue …   Dictionnaire des rimes

  • Begue — or Bégué or Bègue is a surname, and may refer to:* Georges Bégué * Lambert Le Bègue * Maurice Le Bègue de Germiny * René Le Bègue * Valérie Bègueee also* Bègues, Allier, France …   Wikipedia

  • bègue — BÈGUE. adj. des 2 g. Qui a peine à parler et à prononcer les mots, hésitant et répétant souvent la même syllabe, avant que de prononcer celle qui suit. Un homme bègue. [b]f♛/b] Il se dit aussi substantivement. C est un bègue …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • begue — BEGUE. adj. de tout genre, Qui a peine à parler, & à prononcer les mots, hesitant, & repetant souvent la mesme syllabe, avant que de prononcer celle qui suit. Un homme begue. Il se dit aussi substantivement. C est un begue …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Begué — Begué, Bégué Porté dans le Sud Ouest (65, 32), le nom correspond à la fonction de viguier, officier de justice (du latin vicarius) …   Noms de famille

  • Bégué — Begué, Bégué Porté dans le Sud Ouest (65, 32), le nom correspond à la fonction de viguier, officier de justice (du latin vicarius) …   Noms de famille

  • begue — Begue, Balbus, Blaesus, Linguae haesitans. Estre begue, Lingua haesitare …   Thresor de la langue françoyse

  • Begue — (spr. Bek), 1) Lambert le B., s.u. Lambert. 2) Achilles Wilhelm, B. de Presle, geb. zu Pithiviers bei Orleans; war Arzt zu Paris u. Rousseau s Freund, wurde 1760 königlicher Censor u. st. 1807; er schr.: Le conservateur de la santé, Par. 1763;… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Béguë — béguë, bégude nf abreuvoir Alpes, Sud Est …   Glossaire des noms topographiques en France

  • Bègue — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. On appelle bègue ou personne bègue ou encore personne qui bégaie une personne atteinte de bégaiement. Plusieurs noms de famille francophones dérivent du… …   Wikipédia en Français